Pourquoi les scientifiques sont-ils préoccupés par la fragmentation des forêts ?

Pourquoi les scientifiques sont-ils préoccupés par la fragmentation des forêts ?

Les forêts du monde entier sont en train de se déchirer. Les animaux des régions tropicales risquent d’en payer le prix fort. Les humains détruisent massivement les forêts du monde entier. Des autoroutes serpentent à travers les forêts tropicales de l’Amazonie, et l’Indonésie prévoit un ambitieux réseau de transport à Bornéo, à travers certaines des plus grandes étendues intactes de forêts tropicales.

Selon une étude récente, si vous vous parachutez dans n’importe quelle forêt de la planète au hasard, vous atterrirez probablement à un kilomètre ou moins de la lisière. Les dangers que la fragmentation des forêts fait courir à la faune et à la flore ont suscité un débat animé parmi les spécialistes de la conservation. Si de nombreuses études ont montré que les extinctions sont plus fréquentes dans les environnements fragmentés, d’autres n’ont pas mis en évidence d’effet notable.

Une étude publiée jeudi pourrait contribuer à trancher un débat controversé en démontrant pourquoi certaines espèces sont sensibles à la fragmentation des forêts alors que d’autres ne le sont pas. Les chercheurs ont découvert que les animaux vivant dans des zones ayant un long passé de perturbations sont relativement résilients. Les espèces qui vivent dans des habitats stables depuis des milliers d’années sont beaucoup plus sensibles.

Dans de nombreuses régions du monde, les scientifiques ont découvert des preuves de ce concept dans les jungles et les zones boisées. L’isolement dans un fragment de forêt peut mettre une population animale en danger d’extinction – par exemple, elle peut avoir du mal à trouver de la nourriture. La chercheuse a trouvé moins d’espèces dans les petites parcelles de forêt et encore moins d’espèces près des bords de ces fragments, ce qui laisse penser que les nouvelles frontières sont à blâmer.

Les écologistes de l’est des États-Unis, en revanche, ont découvert des résultats contradictoires. Les animaux y prospèrent en bordure des forêts. Rien n’indique non plus que la fragmentation des forêts ait entraîné un grand nombre d’extinctions. Au début, les écologistes ne s’accordaient pas sur les résultats les plus importants. Finalement, un certain nombre de chercheurs ont décidé de mettre en commun leurs résultats et d’avoir une vue d’ensemble.

Il a postulé que le risque auquel une espèce est confrontée aujourd’hui peut être influencé par ses expériences antérieures. Les oiseaux, par exemple, sont actuellement menacés d’extinction sur de nombreuses îles. Des rats introduits sur les îles par des bateaux attaquent les œufs des oiseaux, et ceux-ci sont impuissants à y remédier. L’hypothèse du filtre d’extinction est le nom de ce concept.

Au fil du temps, les espèces que nous connaissons aujourd’hui ont été confrontées à de nombreux obstacles. D’autres animaux, incapables de relever un défi dans le passé, ont disparu, l’histoire les ayant filtrés. Les auteurs de la nouvelle étude ont pensé qu’un filtre d’extinction pourrait être à l’œuvre dans les fragments de forêt actuels. Certaines forêts sont restées relativement intactes jusqu’à ces dernières décennies, tandis que d’autres ont été fragmentées dans les temps anciens.

Il y a des milliers d’années, les agriculteurs de certaines régions d’Europe et d’Asie détruisaient les forêts. Par le passé, les tempêtes et les incendies ont fait des ravages dans certaines régions boisées. Et pendant chaque période glaciaire, les ceintures d’arbres du nord ont été brisées en peuplements isolés. Pour leur dernière étude, publiée dans Science, les chercheurs ont examiné 4 493 espèces dans 73 zones forestières du monde entier.

Ils ont utilisé diverses techniques pour déterminer la vulnérabilité de chaque espèce à la fragmentation des forêts. Par exemple, ils ont observé si les espèces se trouvaient à la lisière des forêts ou restaient au cœur du fragment. Certaines espèces, comme le jaseur des cèdres d’Amérique du Nord et le colibri à queue rousse d’Amérique centrale, ne semblaient pas avoir de mal à vivre dans les fragments.

D’autres espèces, comme l’ours solaire de Bornéo et le pic chevelu d’Amérique du Nord, évitaient les lisières des forêts. La chercheuse et ses collègues ont ensuite mis à l’épreuve l’hypothèse du filtre d’extinction. Ils ont examiné combien d’espèces de chaque type – sensibles et non sensibles – se trouvaient dans des forêts perturbées et non perturbées. La fragmentation est devenue un problème pour un peu plus de la moitié des espèces animales des forêts non perturbées.

Seuls 18 % des espèces des forêts historiquement perturbées sont concernées. Les résultats montrent que des espèces fragiles se sont éteintes lorsque les tempêtes et les glaciers ont perturbé leurs forêts dans des endroits comme la Nouvelle-Angleterre. Jusqu’à présent, ces espèces vulnérables trouvaient refuge dans des endroits comme l’Amazonie.

Dans les endroits où les animaux ont survécu aux perturbations pendant des milliers d’années, la protection des fragments de forêt peut être une bonne stratégie de conservation, suggère la nouvelle recherche. Mais il peut être encore plus important de garder intactes les forêts non perturbées, car les espèces qui y vivent sont beaucoup plus susceptibles de souffrir de la fragmentation.

Selon les chercheurs, les projets de l’Indonésie de construire des trains et des routes à Bornéo risquent de détruire les jungles de l’île. Comme ces zones n’ont jamais connu une telle fragmentation, les plans pourraient s’avérer désastreux pour des espèces sensibles comme l’ours du soleil.

Quelle taille de fragment forestier serait la plus touchée par la fragmentation de l’habitat ? Quelle taille de fragment de forêt serait la plus touchée par la fragmentation de l’habitat sur une période donnée ? 1 acre de terrain

Le problème de la fragmentation

La fragmentation de l’habitat est un problème sérieux dans le monde entier.

Il est déjà terrible que la superficie totale des espaces sauvages diminue. Cependant, lorsqu’elle est combinée à la fragmentation, elle peut mettre en péril l’intégrité d’écosystèmes entiers. Les régions naturelles sont fragmentées par les routes, l’urbanisation et l’agriculture, pour ne citer que quelques exemples. Cela a souvent des effets désastreux sur la faune et la flore. Supposons que vous êtes un écureuil roux qui vit dans une immense forêt prospère.

Puis les humains arrivent et construisent une grande route en plein cœur de ces bois. La route se transforme en une formidable barrière, et tenter de la traverser peut être la dernière chose que vous ferez. La zone boisée de l’autre côté de la route peut facilement se trouver à 80 km de là. Vous ne pouvez plus vous reproduire qu’avec ceux qui se trouvent sur votre territoire limité. Votre maison est pratiquement une île, et la consanguinité est une réelle possibilité.

De plus, si une maladie ou une autre catastrophe naturelle survient, vous et votre espèce pouvez disparaître localement. Les bois sont maintenant tellement coupés qu’il y a peu de chance que les écureuils fassent un retour. Les fourmis des bois sont un autre habitant de la forêt calédonienne qui illustre bien la valeur de la connectivité. Ces insectes importants sur le plan écologique ne se déplacent pas sur de longues distances.

Ainsi, si elles disparaissent dans une région boisée particulière, les chances qu’elles refassent surface d’elles-mêmes sont pratiquement nulles. Le grand tétras et la mésange huppée en sont deux exemples. Une forêt saine est suffisamment grande pour accueillir les organismes dont le domaine vital est le plus vaste. Ce sont généralement les principaux prédateurs, et la fragmentation peut les rendre extrêmement vulnérables.

Comme ils jouent souvent un rôle essentiel dans la gestion des effectifs d’autres organismes, leur disparition peut avoir un impact important sur l’écosystème. À cette grande échelle, le changement climatique contraint certaines espèces à migrer. Si leur habitat naturel est trop fragmenté, nombre d’entre elles ne pourront pas se déplacer, et elles risqueront de disparaître. Cela souligne une fois de plus la nécessité d’un paysage connecté.

INTRODUCTION

Nous nous appuyons ici sur les résultats des expériences de fragmentation les plus importantes et les plus longues au monde, qui s’étendent sur 35 ans et sur des biomes disparates sur cinq continents. De nombreux inconvénients des études d’observation sont surmontés par leur conception rigoureuse et leur mise en œuvre à long terme.

En particulier, en manipulant et en isolant des aspects individuels de la fragmentation tout en contrôlant d’autres aspects, et en le faisant sur des écosystèmes entiers, elles constituent un moyen puissant de démêler les causes et les effets dans les paysages fragmentés. Les preuves expérimentales des changements écologiques à long terme causés par la fragmentation de l’habitat sont présentées ici.

fr_FRFrançais