Qu’est-ce qui fait d’une forêt une forêt ?

Qu’est-ce qui fait d’une forêt une forêt ?

Avez-vous déjà fait une agréable promenade dans les bois ? C’était une promenade dans les bois ? Quelle est la différence entre les deux ? Certains disent que la différence est simplement conceptuelle ; une forêt et un bois sont essentiellement la même chose. En réalité, il existe une différence technique, mais la plupart d’entre nous utilisent ces termes de manière interchangeable. Les deux mots – forêt et bois – ont des définitions similaires, mais ils ne sont pas identiques.

Selon le Webster’s New World Dictionary, une forêt est “une épaisse croissance d’arbres et de broussailles couvrant une vaste étendue de terrain”. Un bois, en revanche, est défini comme “un épais bosquet d’arbres” dans le même dictionnaire. Les deux expressions sont également définies par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. Une forêt doit avoir une superficie d’au moins 1,24 hectare, selon cet organisme.

Les arbres d’une forêt doivent mesurer au moins 16 pieds de haut et la canopée doit couvrir au moins 10 % du terrain. Les autres terres boisées doivent également avoir une superficie d’au moins 1,5 hectare. Les arbres d’une hauteur minimale de 16 pieds couvrent 24 acres, mais la canopée n’est pas aussi dense, couvrant environ 5 à 10 % du terrain. Quel que soit le nom qu’on leur donne, ces zones boisées sont essentielles à la santé de notre monde.

Les arbres qui peuplent nos forêts et nos bois font beaucoup. Selon le Fonds mondial pour la nature, ils purifient l’air, modèrent le changement climatique et fournissent un habitat à des millions d’espèces sauvages, pour ne citer que quelques-uns de leurs rôles essentiels. Et ce qui est bénéfique pour l’environnement l’est aussi pour nous. Malgré ce que les forêts font pour nous et notre planète, nous continuons à perdre des arbres à un rythme alarmant.

Selon Conservation International, la déforestation fait disparaître chaque minute plus de 36 terrains de football d’arbres. Restez au courant de ce qui se passe dans les réserves forestières du comté de Will en vous abonnant à The Citizen, notre bulletin d’information numérique hebdomadaire qui fournit aux abonnés des mises à jour sur les nouvelles des réserves forestières, les événements à venir et d’autres informations amusantes et utiles pour toute la famille.

Si vous êtes simplement intéressé par les programmes, abonnez-vous à The Weekly Five, qui présente les cinq émissions à ne pas manquer chaque semaine. L’inscription à l’un ou l’autre de ces bulletins est simple et gratuite.

Introduction

Différentes optiques sont utilisées pour voir, définir, évaluer et estimer les forêts. De différents points de vue, les forêts peuvent être considérées comme une source de produits ligneux, un écosystème composé d’arbres et d’une myriade de formes de diversité biologique, un foyer pour les populations autochtones, un réservoir de stockage du carbone, une source de services écosystémiques multiples, des systèmes socio-écologiques ou tout cela à la fois.

En outre, il existe une distinction cruciale entre les caractéristiques physiques des terres et leur classification juridique, qui est parfois mal comprise. Du point de vue de la “couverture terrestre”, les forêts sont considérées comme des écosystèmes ou des types de végétation abritant des assemblages uniques de plantes et d’animaux.

Les forêts, quant à elles, sont des propriétés foncières qui sont légalement déclarées comme des forêts, indépendamment de leur végétation réelle, du point de vue de l'”utilisation des terres”. Dans ce cadre, une “forêt” légalement définie peut, au moins temporairement, être dépourvue d’arbres. Aucune définition opérationnelle unique de la forêt ne peut, ou ne devrait, englober toutes ces dimensions.

Différents objectifs de gestion servent de base à la conceptualisation et à la définition d’une forêt. Le cercle intérieur illustre la façon dont une forêt peut être vue à travers de nombreuses lentilles en raison des différents objectifs de gestion décrits dans le cercle du milieu. Chaque objectif fournit une perspective à partir de laquelle des définitions spécifiques sont créées.

Le cercle le plus extérieur décrit les institutions dont la mission est associée à chaque objectif de gestion et à chaque définition de la forêt. Un cadre préliminaire de critères pour les définitions de la forêt qui diffèrent en importance selon l’objectif de gestion de la forêt. Bien que le cadre mette l’accent sur les critères écologiques et de productivité, il est également essentiel d’intégrer les éléments sociaux et culturels pour définir et évaluer les forêts.

Les critères de définition ne sont pas statiques, car les objectifs de gestion forestière devront s’adapter aux circonstances changeantes imposées par le changement climatique, les politiques gouvernementales ou les marchés internationaux.

Qu’est-ce qu’une forêt ? La majorité des gens considèrent qu’une forêt est tout écosystème comportant des arbres

Mais, au juste, qu’est-ce qui compose une forêt ? Est-ce la taille, le nombre ou l’espèce des arbres ? Est-ce la capacité à piéger le carbone, à libérer de l’oxygène ou à filtrer l’eau qui compte ? Peut-être que ce sont les organismes qui vivent dans une forêt qui la définissent. Parfois, certaines espèces, appelées espèces indicatrices, peuvent définir un écosystème.

Les zones humides, par exemple, sont définies par des plantes comme le cyprès chauve, qui peut résister à des conditions d’humidité excessive. Les forêts, en revanche, ont-elles des espèces indicatrices ? Les forêts sont influencées par un large éventail d’organismes, des grands animaux aux petits hexapodes, mais qu’est-ce qui caractérise exactement une forêt ? En tant qu’étudiant en maîtrise dans le laboratoire Frank, j’étudie des organismes relativement petits appelés coléoptères terrestres.

Les carabes, qui appartiennent à la famille des Carabidae, sont des coléoptères qui se déplacent rapidement et chassent pour se nourrir et s’accoupler sur le sol de la forêt. Comme les carabes sont communs, qu’ils ont des besoins différents en matière d’alimentation et d’habitat et qu’ils sont sensibles aux perturbations causées par l’homme, ils sont utilisés pour évaluer la santé des forêts. Les forêts urbaines présentent des caractéristiques différentes de celles des forêts rurales.

Par exemple, la litière de feuilles, qui est un élément important de l’habitat des carabes, est généralement absente des forêts urbaines. Nous avons découvert que les zones où l’on trouve un grand nombre d’espèces végétales non indigènes ont beaucoup moins de litière de feuilles. Les forêts urbaines présentent un sous-étage dense infesté de plantes non indigènes.

Ces plantes empêchent les jeunes arbres indigènes de se développer, ce qui fait que les forêts urbaines ont également un couvert moins important. Les forêts urbaines sont envahies par davantage d’espèces de carabes qui préfèrent un habitat ouvert, comme les prairies, et ne sont pas de véritables espèces forestières. Par rapport aux forêts plus rurales, nous avons capturé moins de coléoptères et d’espèces prédatrices dans les forêts urbaines.

Cette étude est importante car elle permet de quantifier la relation entre les espèces végétales non indigènes et leur effet sur les écosystèmes indigènes. J’utilise les carabes comme espèces indicatrices pour comprendre la relation complexe entre les effets du paysage et la fonction des forêts urbaines. Si les organismes qui résident dans une forêt la définissent, notre étude révèle que les espèces végétales non indigènes modifient cette définition.

Ces résultats soutiennent la théorie selon laquelle l’élimination des espèces non indigènes des habitats restants dans les zones urbaines peut contribuer à la conservation des carabes spécialistes des forêts et d’autres espèces végétales et animales indigènes.

Pourquoi les bois et les forêts sont-ils importants ? On ne saurait trop insister sur la valeur des forêts et des bois

Ils offrent une variété de services écologiques qui sont essentiels à notre survie. Ils abritent également des milliers d’espèces indigènes, des mammifères aux invertébrés, des oiseaux aux champignons.

Biome forestier

Les forêts abritent un large éventail d’espèces. Malgré leur valeur, les forêts sont abattues à un rythme alarmant. Certaines forêts, comme le parc national olympique de Washington, aux États-Unis, ont été protégées pour les générations futures par des réserves ou des parcs nationaux. L’est de l’Amérique du Nord et l’Eurasie sont couverts de forêts tempérées. En raison des quatre saisons distinctes sous ces latitudes, les températures des forêts tempérées varient tout au long de l’année.

Les précipitations sont abondantes, ce qui donne un bon sol qui peut accueillir une flore variée comme les érables, les chênes et les bouleaux. Les cerfs, les écureuils et les ours ne sont que quelques exemples de la faune qui vit dans les forêts tempérées. La forêt boréale, souvent appelée taïga, est le troisième type de forêt. Les forêts boréales sont réparties en Sibérie, en Scandinavie et en Amérique du Nord, et constituent l’un des plus grands biomes terrestres du monde.

Les forêts boréales jouent un rôle important dans l’élimination du dioxyde de carbone de l’atmosphère. Les températures dans les forêts boréales sont, en moyenne, inférieures au point de congélation. Les espèces de plantes à feuilles aiguës les plus courantes dans les forêts boréales sont les conifères, les épinettes, les sapins et les pins. On y trouve de grands mammifères herbivores comme l’orignal et le cerf.

La plupart des oiseaux originaires de la taïga migrent pour trouver des conditions plus chaudes pendant les hivers rigoureux de la forêt. Certaines forêts, comme le parc national olympique dans l’État de Washington, ont été préservées en tant que réserves ou parcs nationaux pour les générations futures. habitat forestier situé sur les montagnes dans les régions tropicales, plus frais que les zones plus basses et couvert de nuages bas la plupart ou la totalité de l’année.

groupe de grands arbres à feuilles persistantes situé près de l’équateur et recevant plus de 203 cm de pluie chaque année. À l’exception des graphiques promotionnels, qui renvoient généralement à une autre page portant le crédit média, les fichiers audio, les œuvres d’art, les photos et les vidéos sont reconnus sous le média. Le détenteur des droits sur le média est la personne ou le groupe crédité.

Si un média peut être téléchargé, un bouton de téléchargement s’affiche dans le coin de la fenêtre de visualisation du média. Si aucun bouton n’apparaît, vous ne pouvez pas télécharger ou enregistrer le média.

fr_BEFrançais de Belgique