Où est pratiquée l’agriculture itinérante ?

Où est pratiquée l’agriculture itinérante ?

La façon dont les communautés brûlent pour défricher les terres reflète leurs normes socioculturelles. Les membres de la communauté qui possèdent des champs voisins se regroupent fréquemment pour nettoyer la végétation combustible en bordure des champs afin de créer des pare-feu. Ces pare-feu sont construits pour réduire le risque de propagation du feu à d’autres terres.

Cette coutume découle du droit coutumier, qui impose des sanctions si un incendie se propage aux territoires, forêts ou plantations d’hévéas adjacents. en bref, les valeurs, y compris les règles, sanctions et rituels autochtones, indiquent que ces communautés ont une conscience sociale et culturelle dans l’utilisation et la gestion des incendies.

Nous devons reconsidérer les réponses aux incendies, en particulier dans l’agriculture itinérante, après avoir examiné la signification de l’utilisation et de la gestion du feu dans la perspective des Dayak. Pour faire face aux incendies annuels récurrents, les mesures réactives se sont avérées moins efficaces. Cependant, elles peuvent ne pas convenir aux communautés dont les perceptions sont dominées par des valeurs socioculturelles.

La reconnaissance légale des connaissances locales et du droit coutumier en matière de gestion du feu, qui est durable sur le plan environnemental et socioculturel, pourrait être une solution pour ces communautés. cette reconnaissance doit également être suivie de réglementations qui détaillent, par exemple, la taille maximale des terres et le type d’écosystème qui peuvent être brûlés pour les pratiques d’agriculture itinérante.

Plusieurs restrictions précisent la taille maximale des zones pouvant être brûlées, le permis requis et l’appréciation de l’expertise locale en matière de défrichement par le feu. pour compléter ces réglementations, une évaluation approfondie des impacts environnementaux et des perceptions locales de l’utilisation du feu est essentielle, car les communautés peuvent avoir des perspectives et des conditions environnementales différentes.

Par conséquent, nous avons besoin de toute urgence d’une politique spécifique en matière de feu qui soit adaptée aux perceptions de chaque groupe d’acteurs, car il peut être difficile de modifier des comportements qui existent depuis des centaines d’années.

Les chercheurs et le gouvernement devraient collaborer pour élaborer une meilleure solution en matière d’incendies, fondée sur une compréhension approfondie des valeurs sociales, culturelles et écologiques étroitement imbriquées qui constituent le fondement des relations entre l’homme et l’environnement. En outre, il est essentiel d’aider les communautés locales à adopter des initiatives culturellement acceptables pour obtenir des résultats positifs dans la lutte contre les incendies.

Matériaux et méthodes

Où b t est le bénéfice de la production par une pratique culturale, c t est le coût de la production par une pratique culturale, t est le temps, courant jusqu’à la fin de l’investissement à t, r est le taux d’actualisation. Le délai de récupération est le nombre d’années nécessaires pour que l’investissement soit remboursé en bénéfices nets non actualisés.

La main d’œuvre agricole est souvent fournie par les membres de la famille, bien que la main d’œuvre salariée soit également importante dans la zone d’étude. La main d’œuvre familiale n’est pas une dépense en espèces du point de vue de l’agriculteur, et il est compliqué d’identifier la quantité de main d’œuvre familiale contribuant à chaque système de culture, car les agriculteurs ont une taille de ménage et une disponibilité de main d’œuvre différentes.

Par conséquent, toutes les estimations pour chaque système de culture ont été basées sur le nombre total de jours de travail nécessaires.

Swidden et conservation

Certains suggèrent que la modification des pratiques agricoles est responsable d’une partie de la grande diversité de la forêt, plutôt que d’être mise en danger par elle. Le feu est l’un des outils soigneusement utilisés dans ces systèmes agricoles, qui ont été développés au fil des générations pour être adaptés à la fois à la terre et à la communauté.

Des scientifiques de l’Amazonie péruvienne ont recensé une moyenne de 37 espèces d’arbres sur les parcelles cultivées en alternance, tandis que les archives révèlent que plus de 370 espèces sont maintenues dans les zones de culture en alternance karen du nord de la Thaïlande.

Une tradition méconnue

Selon l’anthropologue agricole Malcolm Cairns, basé en Thaïlande, la critique provient en partie d’une confusion avec un type d’abattage et de brûlage complètement différent. Il est évident que les agriculteurs, les éleveurs ou les entreprises qui détruisent des forêts intactes et les convertissent de manière permanente en pâturages ou en plantations sont mauvais pour les forêts et l’environnement en général.

Mais, comme le souligne Cairns, ” c’est extrêmement différent des systèmes d’agriculture itinérante durable et rotative des peuples indigènes. ” “. Ces coutumes sont incroyablement diverses et se retrouvent sur tous les continents. Cependant, elles suivent toutes le même schéma. Tout d’abord, la plupart des arbres et arbustes sont coupés dans une parcelle de forêt relativement petite, généralement d’environ un hectare, où on les laisse sécher.

La végétation flétrie est brûlée quelques jours plus tard afin d’ajouter des nutriments au sol en vue des semailles. Les engrais artificiels ne sont plus nécessaires grâce à cette approche. De plus, les mauvaises herbes et les parasites sont détruits par le feu, ce qui élimine le besoin d’herbicides et de pesticides pendant la courte période de culture. Après une ou deux saisons de culture, le champ est mis en jachère, ou mis de côté pour se reposer.

La forêt finit par revenir, et le cycle recommence.

fr_BEFrançais de Belgique